On a longtemps cru que Bouygues Telecom allait connaître une journée noire sur cette 1ère étape du Paris-Nice. Amputé de 90 kilomètres en raison du vent violent, le parcours, réduit à 93 kilomètres, s'annonçait des plus piégeux avec ces conditions atmosphériques exécrables. Il n'a pas épargné l'équipe vendéenne. "Dès le premier col, il y a eu une chute de 15 coureurs, dont Pierrick Fedrigo et Xavier Florencio. C'était Pierrick le plus touché. Xavier a eu beaucoup de mal à rentrer", racontait un Christian Guiberteau dépité à l'issue de la course.
Les malheurs de ses coureurs ne se sont malheureusement pas arrêtés là. Quelques kilomètres plus loin, Pierrick Fedrigo, insuffisamment remis de sa chute, a été contraint à l'abandon. Et une autre chute faisait une nouvelle victime chez Bouygues Telecom. "Johann Tschopp est tombé. Je ne sais pas trop sur quoi, mais il saignait au niveau de la tête. Yury Trofimov a lui aussi été ralenti", expliquait le DS de l'équipe vendéenne, qui s'attendait à un scénario de ce type, mais pas aussi cruel pour sa formation.
"Jérôme était très fort"
"Sur une distance aussi courte et des conditions aussi difficiles, on s'attendait à une course très nerveuse. On n'y voyait pas grand chose, il y a eu beaucoup de bordures. Certains ont essayé d'en profiter, des leaders ont été piégés... C'est dommage pour Paris-Nice. Nous n'avons pas eu de chance. Ça tombe vraiment mal avec l'abandon de Pierrick. C'est le sport", lâchait Christian. Le Marmandais avait en effet réalisé un très bon début de saison, et il avait abordé ce Paris-Nice avec de belles ambitions.
Celles-ci existent encore pour Bouygues Telecom. Car, malgré ces coups durs, l'équipe vendéenne a signé un très bon résultat avec la deuxième place de Jérôme Pineau. Bien présent dans le peloton maillot jaune, "Jéjé" a signé une belle ascension finale pour échouer à deux petites secondes de Gert Steegmans, vainqueur de l'étape. "Jérôme était très fort. Donc on est un peu frustrés, et en même temps contents de cette deuxième place" , soupirait Christian. Désormais quatrième du général à 12 secondes de Hushovd, Jérôme a montré au peloton qu'il faudrait compter avec lui sur ce Paris-Nice. Quelles que soient les conditions.
  10/03/2008

http://www.equipebouyguestelecom.fr/home/pages/ebt/v4/l3/s18/sport_lng3_spo18_sto1506309_sitebt.shtml