Championnat de France

28/06/2009 - 17:57

Fédrigo un peu court


 

Placé dans le final de la course en ligne des Championnats de France, bien emmené par un Olivier Bonnaire en forme, Pierrick Fédrigo a manqué de jus dans les derniers kilomètres. C'est finalement Dimitri Champion qui a récolté le maillot tricolore à Saint-Brieuc.

CHAMPIONNAT DE FRANCE - COURSE EN LIGNE

"C'est une immense déception." Jean-René Bernaudeau est un peu sonné, groggy. Les Bbox Bouygues Telecom souhaitaient tellement reconquérir ce maillot tricolore. A quelques kilomètres de l'arrivée, les Turquoises avaient pourtant placé l'un de leurs meilleurs atouts dans le groupe de tête. La formation vendéenne pouvait se réjouir d'avoir mis sur orbite Pierrick Fédrigo si impressionnant lors du final de la 4e étape des 4 Jours de Dunkerque, si puissant dans les rues de Briançon lors du Dauphiné Libéré. Deux victoires qui en disaient long sur son état de forme.

Mais le Marmandais a manqué de jus dans le dernier tour. Il n'a pu suivre l'attaque décisive de Dimitri Champion. "C'est une grosse tuile. Mais on ne peut vraiment pas en vouloir à Pierrick. Nous avions beaucoup de garanties le concernant au cours des dernières semaines mais il a manqué de jambe, ça lui arrive tellement rarement. Généralement, il fait la décision dans le final. Pas aujourd'hui. On est forcément déçu mais je le répète, on ne lui en veut pas", a commenté Jean-René Bernaudeau à l'arrivée.

La chute de Bonnet

Contrairement à la saison dernière, le manager des Bbox Bouygues Telecom n'a pas grand chose à reprocher à sa formation sur ces Championnats de France : "Jusqu'à 80 kilomètres de l'arrivée, tout se déroulait parfaitement. Chacun avait parfaitement joué son rôle. La chute de William Bonnet a déréglé la machine. Pierrick est alors parti alors que Thomas ou Pierre se sont faits piéger." Olivier Bonnaire est également parvenu à prendre le bon wagon. Il a même fourni un gros travail en tête du groupe des poursuivants pour revenir sur les six hommes de tête.

Un travail payant avant que Dimitri Champion plante une banderille à 9 kilomètres du terme : "On est tombé sur un super Champion. Ça s'est joué à la pédale. Nous savions que nous allions assister à une course d'usure, il a simplement manqué des jambes à Pierrick", analyse Jean-François Rodriguez. Dès samedi, le Tour de France donnera l'occasion à la formation vendéenne d'oublier cette "déception" et de digérer sa frustration.

Bouygues - 28/06/2009